Haïti-Diaspora : La redevance touristique de dix dollars, critiquée par un avocat d’Haïtiens vivant à l’étranger

vendredi 18 juillet 2014

P-au-P, 18 juil. 2014 [AlterPresse] --- Jaccéus Joseph, avocat de plusieurs haïtiens vivant en terre étrangère, critique avec véhémence la décision des autorités haïtiennes d’exiger une redevance touristique de 10 dollars américains, qui concerne également les membres de la diaspora ayant un passeport étranger, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Jaccéus Joseph fait part de son indignation par rapport à cette décision, alors que le chef dugouvernement Laurent Lamothe projette d’organiser une activité baptisée « Gouvènman an Lakay ou » en Français « le gouvernement est chez vous » en Floride aux Etats-Unis.

Une décision polémique dans un pays qui dépend encore largement de l’aide internationale pour répondre à ses nombreux besoins.

Selon Me Jaccéus Joseph, « cette redevance touristique est inconstitutionnelle, elle viole la constitution, elle est en contradiction avec la lettre et l’esprit de la constitution amendée de 1987 ».

Perspectives

Haïti : Agenda culturel- Semaine du mercredi 16 au mardi 22 juillet 2014


jeudi 17 juillet 2014

P-au-P, 16 juil. 2014 [AlterPresse] --- Agenda culturel- Semaine du mercredi 16 au mardi 22 juillet 2014

Jeudi 17 juillet-Musique

8:30 pm, Yanvalou café : Live groove avec Rebel Layonn- 46 Avenue N- Entrée gratuite

Vendredi 18 juillet-Peinture

4:00 pm, Galerie Monnin : Vernissage Richard Nesly et Levoy Exil- 19 rue Lamarre Petionville- Tel : 2816 8464

Vendredi 18 juillet-Musique

7:00 pm, Tara’s : Favella music fest avec Praia del Sol, Wayne & Woods, Alex Guadino, des artistes et Dj haitiens- Tickets en vente a Gamebox

info@blackpalmproductions.com

Samedi 19 juillet-Musique

6:00 pm, Yanvalou café : Musique et peinture en live avec plusieurs artistes et Ma’liCiouZ en invitée spéciale - 46 Avenue N - 500.00 gourdes

Mardi 22 juillet (au 27 juillet)-Musique

21:00, Place des festivals : Spectacle d’ouverture de l’événement Haïti en folie baptisée Haïti, tout feu tout flamme avec la participation de plus de 30 artistes-Scène Videotron, Montréal- Tel : 514-882 3334- Entrée libre

www.haitienfolie.com

Dimanche 20 juillet-Danse

6:00 pm, Lisa Académie de danse : spectacle de danse et de musique avec Jean Jean Roosevelt, Explosion, Sow de B-Boy et de Pre-Pyramide- Auditorium père Girard, entre Santo 19 et 21, route de Croix-des-Bouquets- 500.00 gourdes

Mardi 22 juillet-Musique

7:00 pm, Port touristique de Jacmel : Concert de l’Ensemble à vent de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg - Entrée gratuite

[kft rc apr 16/07/2014 9:25]

Lire la suite

 

Dépêches

Des organisations paysannes veulent une modification du code rural d’Haiti


vendredi 18 juillet 2014  

P-au-P, 18 juil. 2014 [AlterPresse] --- Une organisation paysanne, Mouvement des paysans victimes du Nord d’Haiti (Mpvn), veut sensibiliser ses membres sur la nécessité de modifier le code rural haïtien, ce pourquoi les paysans doivent d’abord connaitre ce code.

Un travail de traduction en Créole du code rural devra en conséquence être fait afin de faciliter ce processus, annoncent les dirigeants de Mpvm à la clôture, ce 18 juilet, d’un forum de quatre jours tenu au Cap-Haïtien (Nord) avec la participation de 200 leaders d’organisations paysannes dans le grand Nord.

« Nous voulons que les paysans parviennent à connaître le code rural avant de demander sa modification », déclare à AlterPresse, Othon Laventure coordinateur du Mpvn.

Ce forum entre dans le cadre de la vulgarisation du code rural en vue de porter les paysannes et les paysans à comprendre son importance et travailler à son changement.

Le code a été exposé au cours de ces journées et les participants ont été portés à discuter de son contenu.

Des ateliers ont été également organisés au cours desquels a été entamé le travail de traduction du document en créole.

Sur les 402 articles du code, 120 sont déjà traduits et le travail continuera en sorte que le document soit bientôt disponible en créole, suivant les déclarations de Othon Laventure.

Écrit au début de la deuxième moitié du 20è siècle (1962), le code contient des « parties qui ne reflètent plus la réalité », affirme-t-il. [srh gp apr 18/07/2014 17 :10]

 
    ACCUEIL ACTUALITÉS  |  CULTURE & SOCIÉTÉ  |  VIDÉO  |  OPINIONS  |  ÉCONOMIE  |  PROGRAMMATION  |  ARCHIVES      
AudioNow
Patientez s'il vous plaît...Nous sommes toujours à la phase de recherches et développement.
Ecouter en direct

Dépêches

Des organisations paysannes veulent une modification du code rural d’Haiti


vendredi 18 juillet 2014   

P-au-P, 18 juil. 2014 [AlterPresse] --- Une organisation paysanne, Mouvement des paysans victimes du Nord d’Haiti (Mpvn), veut sensibiliser ses membres sur la nécessité de modifier le code rural haïtien, ce pourquoi les paysans doivent d’abord connaitre ce code.

Un travail de traduction en Créole du code rural devra en conséquence être fait afin de faciliter ce processus, annoncent les dirigeants de Mpvm à la clôture, ce 18 juilet, d’un forum de quatre jours tenu au Cap-Haïtien (Nord) avec la participation de 200 leaders d’organisations paysannes dans le grand Nord.

« Nous voulons que les paysans parviennent à connaître le code rural avant de demander sa modification », déclare à AlterPresse, Othon Laventure coordinateur du Mpvn.

Ce forum entre dans le cadre de la vulgarisation du code rural en vue de porter les paysannes et les paysans à comprendre son importance et travailler à son changement.

Le code a été exposé au cours de ces journées et les participants ont été portés à discuter de son contenu.

Des ateliers ont été également organisés au cours desquels a été entamé le travail de traduction du document en créole.

Sur les 402 articles du code, 120 sont déjà traduits et le travail continuera en sorte que le document soit bientôt disponible en créole, suivant les déclarations de Othon Laventure.

Écrit au début de la deuxième moitié du 20è siècle (1962), le code contient des « parties qui ne reflètent plus la réalité », affirme-t-il. [srh gp apr 18/07/2014 17 :10]

Lire la suite

 

 

Haïti-Diaspora : La redevance touristique de dix dollars, critiquée par un avocat d’Haïtiens vivant à l’étranger


vendredi 18 juillet 2014

P-au-P, 18 juil. 2014 [AlterPresse] --- Jaccéus Joseph, avocat de plusieurs haïtiens vivant en terre étrangère, critique avec véhémence la décision des autorités haïtiennes d’exiger une redevance touristique de 10 dollars américains, qui concerne également les membres de la diaspora ayant un passeport étranger, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Jaccéus Joseph fait part de son indignation par rapport à cette décision, alors que le chef du gouvernement Laurent Lamothe projette d’organiser une activité baptisée « Gouvènman an Lakay ou » en Français « le gouvernement est chez vous » en Floride aux Etats-Unis.

Une décision polémique dans un pays qui dépend encore largement de l’aide internationale pour répondre à ses nombreux besoins.

Selon Me Jaccéus Joseph, « cette redevance touristique est inconstitutionnelle, elle viole la constitution, elle est en contradiction avec la lettre et l’esprit de la constitution amendée de 1987 ».

« Cette décision viole la liberté d’aller et venir consacrée par les conventions internationales relatives aux droitx civils et politiques, loi ratifiée par l’Etat haïtien. C’est une décision discriminatoire. Parce que cette loi rejette une catégorie d’Haïtiens reconnue par la constitution », renchérit Maitre Jaccéus Joseph.

Suivant la loi du 12 aout 2002, accordant certains avantages à l’étranger d’origine haïtienne et ses descendants, un haïtien n’as besoin ni de permis de séjour, ni de visa pour retourner dans son pays, ni des taxes liées au permis de séjour pour entrer sur le territoire, a souligné Jaccéus Joseph.

Haïti-Politique : Le gouvernement s’apprête-t-il à franchir le rubicon ?

vendredi 18 juillet 2014  

P-au-P, 18 juil. 2014 [AlterPresse] --- Des personnalités, élus et responsables de partis de l’opposition, désapprouvent le déplacement du gouvernement haïtien en Floride (Miami – États-Unis d’Amérique) pour l’organisation du programme « gouvènman lakay ou », ce samedi 19 juillet 2014, consistant à écouter les doléances des citoyens haïtiens et à proposer des solutions.

Cette décision n’est autre qu’une « bêtise, en plus, du gouvernement, un gaspillage d’argent et d’énergie (…) une aberration », estime le porte-parole du Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod), Serge Gilles, au cours d’un entretien avec AlterPresse.

L’activité de « gouvènman lakay ou : le gouvernement chez vous » consiste en déplacement de tout le gouvernement, dans les différents départements du pays (10 départements), en particulier dans les principales villes, pour écouter les élus, citoyennes et citoyens de ces zones présenter les besoins de leurs communautés.

Evans Paul, dirigeant de la Confédération unité démocratique (Kid en Créole) ne voit pas « l’intérêt, l’importance politique, la rentabilité, la référence » de ce voyage vers les États-Unis d’Amérique.

Officiellement, 60,000.00 dollars américains sont mobilisés pour l’organisation de l’événement.

Une réalité exceptionnelle, car « le gouvernement a légalement juridiction sur les 10 départements géographiques du pays ». Les seules situations diplomatiques, qui permettraient aux autorités haïtiennes de tenir des rencontres d’État à l’extérieur, sont liées à « l’exil », mais tel n’est pas le cas, fait remarquer Evans Paul.

En clair, c’est « grave d’aller discuter les affaires de l’État dans un autre pays », juge le sénateur du Sud Pierre Francky Exius.

Il regrette que le Parlement soit en faveur des causes gouvernementales. Sinon, cette action mérite d’être sanctionnée par « un vote de non-confiance ».

Se référant à la pratique de « gouvènman lakay ou », le sénateur Exius se demande quels « sont les problèmes qui seront vus à Miami et comment le gouvernement pourra t-il, donc, les résoudre », étant hors de sa juridiction ?

Francky Exius considère également que c’est tout simplement une affaire de campagne.

Voulant succéder à Michel Martelly, le chef du gouvernement, Laurent Lamothe, utilise les frais de la république pour ses propres affaires, relève-t-il.

Mais, là encore, se pose un problème, car le droit de vote des Haïtiennes et Haïtiens à l’étranger n’est pas encore une affaire certaine, s’étonne Evans Paul. [srh gp apr 18 /07/2014 09:35]

Host your own show....Call us at 678-810-0674
Le Monde
 
Autos
 
Finances
 
Sports
 
Restaurants
 
Real Estate
 
Jeux
 
Technologie
 
Voyages
 
Temps
 
Avocats
 
Mecaniques
 
Chiropracteurs
 
Dentistes
 
Salons De Beauté